Aller au contenu
Emplois et stagesCe lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Numéros utiles
  • Info-Santé et Info-Social - 811
  • Pour une urgence - 911
  • Centre antipoison - 1 800 463-5060
  • Protection de la jeunesse - 1 800-463-9188
  • Ligne Aide-Abus-Aînés - 1 888-489-2287 
Abonnez-vous à l'infolettre

Tous les hyperliens de cette page s'ouvriront vers une nouvelle fenêtre.

Centre d'accès au matériel d'injection (CAMI)
Système intégré de récupération des seringues et des aiguilles usagées (SIRSAU)
Surveillance des maladies infectieuses chez les utilisateurs de drogues injectables (SurvUDI)

La réduction des méfaits liés aux drogues est une approche qui repose sur le pragmatisme et l'humanisme. Cette approche est appliquée dans plusieurs sphères de la santé et des services sociaux et dans les organismes communautaires oeuvrant auprès des personnes qui font usage de drogues.

Le pragmatisme sous-tend de ne pas viser essentiellement l'absence de consommation de substances pour intervenir auprès de personnes qui en font l'usage tandis que l'humanisme est axé sur la qualité de vie des personnes plutôt que de la consommation de substances comme tel.

L'approche de réduction des méfaits tente d'atténuer les répercussions négatives associés à la consommation tant pour la personne concernée que pour son entourage et pour la communauté. Il n'est pas question de donner le feu vert à la consommation de drogues, mais d'aider à mieux gérer celle-ci lorsque la personne n'envisage pas l'arrêt.

En savoir plus sur la réduction des méfaits

 

POUR PLUS D'INFORMATION

Marcel Gauthier
Travailleur communautaire
418 275-4980, poste 231


 CENTRE D'ACCÈS AU MATÉRIEL D'INJECTION (CAMI)

Ce réseau existe au Québec depuis la fin des années 1980 et est implanté dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean depuis 1992, dans le but de permettre aux utilisateurs de drogues injectables (UDI) de se procurer gratuitement le matériel d’injection stérile dont ils ont besoin pour réduire certains risques associés à l’usage de drogues par injection. Ils peuvent y rapporter des seringues usagées et bénéficier de conseils de prévention ainsi que d’autres services psychosociaux et de santé. Ces services sont offerts par certains organismes communautaires, dans les installations du réseau de la santé et des services sociaux (hôpitaux, CLSC et cliniques médicales) et dans certaines pharmacies sur une base volontaire.

Le réseau CAMI constitue une stratégie efficace pour diminuer le partage de matériel d'injection entre les UDI. Il contribue également à la protection contre la transmission du VHC, du VHB et du VIH et s'inscrit dans un mouvement international de protection de la santé publique.

En savoir plus sur les CAMI

pdfListe des CAMI de la région du Saguenay–Lac-Saint-JeanHôpital de La Baie  

Vous êtes un professionnel de la santé

pdfCentres d'accès au matériel d'injection au Québec


Pour commander des trousses d'injection et des condoms

Veuillez téléphoner aux numéros suivants, du lundi au vendredi de 8 h à 16 h.

POUR LE SAGUENAY : 418 541-1055, poste 4486

POUR LE LAC-SAINT-JEAN : 418 275-1980, poste 245


POUR PLUS D'INFORMATION

Marcel Gauthier
Travailleur communautaire
418 275-4980, poste 231

Geneviève Pouliot Gagné
Conseillère en soins infirmiers
418 541-1055, poste 4464


 SYSTÈME INTÉGRÉ DE RÉCUPÉRATION DES SERINGUES ET DES AIGUILLES USAGÉES (SIRSAU)

Le programme SIRSAU a pour objectif de récupérer les seringues et les aiguilles utilisées, tant à des fins domestiques que professionnelles et les éliminer de façon sécuritaire.

Ce programme s’adresse aux personnes qui font un usage domestique de seringues et d’aiguilles pour les autosoins ainsi que pour les UDI. Ces personnes peuvent se procurer gratuitement les contenants pour y jeter les seringues et aiguilles souillées chez plusieurs partenaires qui en font la distribution. Les participants du programme SIRSAU sont les installations du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CUSSS), les pharmacies communautaires, certains organismes communautaires et associations (ex. : service de travail de rue, clinique de diabète). En plus de fournir les contenants, ils ont également la tâche de les récupérer. Les contenants remplis sont ensuite acheminés dans les installations du secteur qui en disposent de façon sécuritaire.

Directives - Expédition des déchets biomédicaux (DBM) vers les hôpitaux de la région :

En savoir plus sur le programme SIRSAU

Visitez le site Internet du ministère de la Santé et des Services sociaux : Récupération des seringues et des aiguilles usagées nouvelle fenetre

Points de service :

  • Pharmacies communautaires
  • Travailleur communautaire
  • CLSC

– Les contenants sont livrés automatiquement.
– Pour recevoir vos contenants, les points de service doivent être enregistrés.

Les points de service peuvent s’enregistrer en ligne à l’aide des formulaires suivants :


POUR PLUS D'INFORMATION

Chantale Bilodeau
Conseillère en soins infirmiers
418 541-1055, poste 4461


 SURVEILLANCE DES MALADIES INFECTIEUSES CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES INJECTABLES (SURV-UDI)

Le réseau québécois SurvUDI I-Track a été implanté en 1995. Ce réseau s'intéresse à la surveillance des infections au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et au virus de l’hépatite C (VHC) parmi cette clientèle à risque. La participation à cette étude est volontaire et anonyme et le recrutement des participants se fait dans des environnements différents. La plupart sont rencontrés par les services donnant accès à du matériel d’injection stérile. Le recrutement et les entrevues sont réalisés par les travailleurs de rue sur leur territoire d’intervention respectif.

L’étude SurvUDI est approuvée par le Comité d’éthique à la recherche du Centre hospitalier affilié Universitaire de Québec et par le Comité d’éthique de la recherche de Santé Canada. Elle est réalisée sous la supervision de la direction de la santé publique et de l’évaluation (DSPE) du Centre intégré de santé et services sociaux du Saguenay - Lac-Saint-Jean.

Ces données permettent à la DSPE de suivre les facteurs de risque liés à la consommation chez cette clientèle et de travailler afin de réduire l’apparition de certains comportements tels que la consommation d’opiacés non prescrits, le partage de matériel d’injection et les comportements sexuels à risque. Cette étude d’envergure canadienne nécessite d’être soutenue afin de poursuivre la mise en œuvre des interventions de prévention les plus adaptées auprès de la clientèle UDI. En partageant les données de surveillance avec les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux ainsi qu’avec les personnes qui travaillent auprès de cette clientèle, nous unissons nos efforts afin de réduire la transmission des infections par le VIH et le VHC. 

POUR PLUS D'INFORMATION

Marcel Gauthier
Travailleur communautaire
418 275-4980, poste 231

Geneviève Pouliot Gagné
Conseillère en soins infirmiers
418 541-1055, poste 4464