Aller au contenu
Emplois et stagesCe lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Numéros utiles
  • Info-Santé et Info-Social - 811
  • Pour une urgence - 911
  • Centre antipoison - 1 800 463-5060
  • Protection de la jeunesse - 1 800-463-9188
  • Ligne Aide-Abus-Aînés - 1 888-489-2287 
Abonnez-vous à l'infolettre

De la fin décembre à la mi-mars, au moins 5 000 adeptes de la pêche sportive à l'éperlan et aux poissons de fond – principalement le sébaste, la morue ogac et le flétan – s'installent sur le manteau glaciel du fjord du Saguenay, ce nombre pouvant doubler les belles fins de semaine d'hiver.

À la suite d'une étude toxicologique menée en 2000-2001, la Direction de santé publique a réévalué la comestibilité du poisson marin pêché en hiver dans le fjord du Saguenay. Grâce aux efforts de réduction à la source de la pollution de l'eau, une nette amélioration de la qualité des poissons du fjord du Saguenay, comparée aux années 1970, a été constatée.

GUIDE DE CONSOMMATION

Pour la population en général : l'éperlan, la morue ogac et le sébaste peuvent être consommés sans danger.

Pour les enfants de moins de onze ans, les femmes enceintes ou susceptibles de l'être ou celles qui allaitent : par précaution, il est recommandé d'éviter de consommer régulièrement de la morue ogac de plus de 50 centimètres de longueur (plus de 20 pouces) ou pesant deux kilogrammes et plus (plus de 4 livres). Les morues de petite taille, l'éperlan et le sébaste peuvent être consommés sans danger.

Ces recommandations s'appuient sur l'examen des données historiques sur la pêche blanche au Saguenay, la caractérisation des habitudes de consommation des pêcheurs, les niveaux de contamination des espèces de poisson les plus pêchées en hiver et les tests sanguins d'une soixantaine de pêcheurs. Pour les consommateurs de poisson marin du Saguenay, les niveaux d'imprégnation au mercure, aux biphéniles polychlorés (BPC) et aux pesticides organochlorés (notamment le chlordane et l'hexachlorobenzène) augmentent significativement selon la fréquence de consommation de poisson, mais à des niveaux ne dépassant pas les critères ou les estimateurs de risques pour la protection de la santé.

Pour en savoir plus, consultez le Cet hyperlien ouvrira un document au format pdf. résumé français et anglais de l'étude toxicologiqueCet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. ou Cet hyperlien ouvrira un document au format pdf. l'étude complèteCet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. publiée en 2004 par Santé Canada, Volet « Santé humaine » de la phase III du Plan d'action Saint-Laurent–Vision 2000.

Photo : Jacques Desbiens